(ou) Une Bulle (d'air) in Paris

Articles tagués “exposition

Bloc Note (express) du Week end!


Coucou petits parisiens!

Encore un Week end, déjà, et sous le soleil!!!!!

Mes petits conseils du we? Malheureusement pas des tonnes puisque j’ai passé ma semaine à végéter en compagnie de mes petits microbes et pis… Du coup je n’ai pas trop pensé à ce ce we, d’autant que pour c’est we cop’s 🙂

Mais, plus que 3 jours pour vous si vous aimer un peu la peinture, les icônes et les musées pour faire deux très belles expositions qui s’achèvent lundi :

  • la Sainte Russie au Musée du Louvre
  • Turner et ses peintres au Grand Palais
  • Vous préférez la photo? De belles expos vous attendent à l’Hotel de Ville
  • et férus de manuscrits allez donc jetez un oeil à ceux de la mer morte, à la BNF, site francois Miterrand!

Après je vous conseille une petite terrasse ensoleillée sur la Place du Palais Royal, où tous les we un petit orchestre vous permet de passer l’après midi en musique (classique)

Envie d’un brunch? Je vous conseille toujours ardemment celui de miss Chloé , rue jean baptiste Pigalle, qui vous accueillera dans sa cour pour que vous profitiez du soleil!

Un salon de thé? Allez donc voir Chopin et sa note bleue eu musée de la vie romantique (rue chaptal) et arrêtez vous à son salon de thé ensuite, coupure garantie!

Et puis n’oubliez pas que c’est we, et que c’est soleil! Alors abusez des terrasses, des quais de Seine, des parcs et des bouquinistes! Quoi de mieux pour des retrouvailles entre amis!

Et moi comme je suis toujours complètement décalée, je vais faire ma première pyjama party! 🙂

Et même si ce ne sera plus le week end, ne manquez sous aucun prix le concert des Brigitte au Bus Palladium mercredi prochain! Ca va dépoter et vous avez intérêt à venir 😉

Enjoy votre we!

Des bizettes à mes lecteurs réguliers: )

Publicités

La Magie Turner ♥


Une des grandes expo de la saison était (et est encore pour 3 petit jours) celle du Turner, « Turner et ses peintres ».

J’ai malheureusement dû annuler et encore annuler cette magnifique expo que je n’ai pu faire qu’hier et encore au pas de course! (30 minutes top chrono, juste de quoi vous faire un très bref résumé : Allez y!!!!!!)

Toute la carrière de Turner y est retracée et confrontée à des artistes de sa génération…

De magnifiques chefs d’œuvres donc. L’exposition nous emmène plus loin, au-delà de la simple fonction de paysagiste à laquelle Turner est souvent réduit, dans les traces d’un peintre qui n’a jamais voulu être paysagiste mais peindre de tout, et aller au-delà, à travers la transcription de ses sensations…

Turner c’est l’usage de la lumière, dans tout son éclat et sa splendeur, bien avant l’avènement des impressionnistes… Turner c’est le précurseur… Turner c’est le Beau. D’ailleurs ne disait-on pas que nul peintre ne souhaitait se voir accroché à côté d’un tableau de Turner qui de sa seule présence éclipsait tous les autres?

Turner, c’est déjà à la fin du 18e dépasser les canons et la pure figuration pour autre chose. Pour créer et voir au-delà. Des sensations et des impressions tout en lumière et en couleurs… Parfois pour atteindre presque l’abstrait… Je me suis souvent demandée si dans son Impression au Soleil Levant Monet s’était inspiré de Turner. .. ou pas… Mais c’est évident qu’il l’avait vu et revu…

Je déplore seulement de ne pas avoir vu plus de tableaux de Joseph Mallord William Turner (1775-1851), dont je suis une grande férue des paysages. Et oui déçue, car je m’étais tellement réjouie de voir tous les Turner de la Tate lors de ma dernière visite à Londres (7 des 9 salles étant vide pour cause d’un long voyage de ses œuvres au Japon!) que je comptais me rattraper un peu ici. Il n’y aura pas le célèbre Hannibal traversant les Alpes ( de la National Gallery) mais de quoi vous ravir les yeux tout de même!

Une centaine de tableaux donc pour nous montrer la vision de Turner et de son travail, de comment, de rencontres en rencontres, de confrontations en confrontations, il a forgé et bâti son œuvre. Une exposition pour comprendre Turner et son Art. ni plus ni moins, et finalement ça c’est déjà pas mal!

Alors un conseil : nocturne ou matinée, c’est là que vous aurez le plus de chance d’approcher ces tableaux… Car je dois vous avouer qu’hier après midi je n’ai pu les apercevoir que de loin!

Jusqu’au 24 mai 2010

Grand Palais

Du vendredi au lundi de 9 h 00 à 22 h 00, le mardi de 9 h 00 à 14 h 00, le mercredi de 10 h 00 à 22 h 00, le jeudi de 10 h 00 à 20 h 00

Tarif : 11€/ TR : 8 €


Les céramiques d’Edo à Cernushi


Vous l’avez compris je suis une inconditionnelle de ce petit musée des abords du parc Monceau!

Spécialement dédié à l’art asiatique et chinois dont mr Cernushi était grand collectionneur il nous fait voyager sue la vague de l’extrême orient à chaque exposition thématique !

La dernière en date nous emmène au pays de la céramique. Elle met en lumière la grande richesse de ses collections en la matière dont quasiment toutes les pièces de l’exposition sont issues.

Première déception donc même si ce n’en est pas vraiment une : il suffit de lire le titre de l’affiche pour ça.

Mais oui, il est vrai que c’est la première fois qu’une exposition du musée Cernushi me déçoit.

A commencer par le titre puisque l’exposition ne se centre pas sur la seule période d’edo. Edo comme vous le savez est l’ancien nom de Tokyo et l’ère d’Edo est celle de la période ou le pouvoir s’était déplace dans cette vile, juste avant celle de meijing , ou l’ère des lumières période dite éclairée durant laquelle le Japon s’ouvre sur l’extérieur et notamment sur l’Occident.

Mais trêve d’histoire et parlons un peu de céramique. Pour peu que vous n’y connaissiez pas grand chose j’ai bien peur que vous n’en appreniez pas plus la.On va vous parler de quelques techniques, sans pour autant être précis et évident… De la différence entre la porcelaine (à base d’une argile très particulière : le kaolin, qui peut par sa nature supporter de très forte de températures de cuisson et donc être très résistante, et qui en plus est réputé pour sa blancheur exceptionnelle) et la porcelaine tendre (qui n’est pas de la porcelaine mais de la faïence qui imite la porcelaine). L’évolution n’est pas clairement tracée à cela déjà que les cartels ne sont pas dans l’ordre. La thématique est intéressante, entre vaisselle, vaisselle d’apparat et cérémonie du thé, qui donne lieu à mon sens aux objets les plus intéressants.

Pas réellement chronologique mais d’une thématique floue j’ai trouve l’exposition malheureusement trop confuse.
Ensuite vous viendrez pour la beauté des pièces et cela certes pour qui aime ou apprécie l’art de la céramique, de la Chine ou extrême oriental pourra comme d’habitude s’en mettre plein les mirettes!

D’autant que vous verrez également des pièces magnifiques du 20e siècle.

Bref, amoureux de l’art chinois ou asiatiques allez y!

Mais si vous voulez en apprendre plus sur l’art de la porcelaine japonaise, ne vous attendez pas à une exposition très didactique!

Du 26.02 au 04.07.10

Musée Cernushi

7 avenue Vélasquez

Paris 8e

Métro Monceau

Tarifs : 6€ TP / 4.50 € TR

Ouvert tous les jours sauf le lundi et les jours fériés


Taoïsez-vous au Grand Palais! 


Vous le savez, je vous l’ai déjà dit, le dimanche, c’est expo! (ou brunch au choix, mais ma copine de brunch étant partie de Paris (vous avouerez c’est pas pratique pour brunchez à deux ;-)) j’ai résolu de me culturer un peu…)

Oui, je suis comme ça parfois! Après m’être nourrie d’une gaufre à la confiture (oui j’ai honte j’ai fait des infidélités à ma sacro -sainte crêpe au nutella du dimanche (siii vous savez celle qui va avec l’expo du dimanche!)) Ayez vous suivez plus c’est ça? Vous exagérer un peu… quand même! Mais comme c’est lundi, je dis rien! Oui même si le soleil est là c’est dur, dur de se mettre en route, ben vrai! (c’est peut être justement à cause du soleil que c’est dur de se mettre en route d’ailleurs! A méditer… ou pas…) (oui ça dépend si vous êtes occupés en fait…)

Donc, après avoir nourri mon estomac (et mes kilos, mazel thov,ceux là, on peut dire qu’ils ont la peau dure ) (oui je sais c’est dur le régime crêpes-gaufres pour maigrir, mais que voulez vous, chacun son truc!), je me suis dit que, oui, ce serait bien de nourrir un peu mon esprit (et mon cerveau) (d’une pierre deux coups en fait) (bon je dis ça mais en vrai de vrai j’ai bien du mal à ne pas faire une expo tous les jours!)

Et justement celle-là, elle me disait drôlement! Et vous savez quoi? Je l’ai adorée! C’est simple, j’ai toujours assidûment fréquenté le musée Guimet (le musée des Arts Asiatiques, au métro Trocadéro : foncez y si vous ne connaissez pas, c’est gratuit chaque premier dimanche du mois et pour la nuit des musées!) et cette expo est bien sûr organisée par le musée Guimet. Et même si je n’ai (malheureusement) jamais mis les pieds en Asie, j’adore tout ce qui touche à l’Extrême Orient!

Alors vous voulez savoir ce que j’en pense?

C’est pour un voyage extrême oriental que le Grand Palais vous embarque!!! Elle s’intitule tout « simplement » : la Voie du Tao, un Autre chemin de l’Etre.

En quelques 250 oeuvres uniques, vous pourrez découvrir l’un des plus populaires philosophies orientales largement méconnue en Occident. C’est la première exposition de ce type et sur ce sujet en Occident raison de plus pour ne pas la manquer! (je sais que j’ai déjà dit ça pour l’exposition sur le Bouthan mais c’est parce que c’est vrai!)

Elle vous invite à une immersion dans cette notion en appréhendant sa multitude et sa complexité : cosmogonie, cosmologie, mais aussi philosophie, c’est à travers la poésie et la peinture chinoise que le taoïsme s’est le plus et le mieux exprimé. On est loin de la notion occidentale de religion et si l’exposition ne peut vous immerger dans cette philosophie si riche, elle vous en donne un aperçu à travers un panel d’oeuvres.

Un certain nombre proviennent du Musée des Arts Asiatiques Guimet organisateur de cette exposition mécénée grâce à la Macif. Ce sera un plaisir de découvrir ces oeuvres qui ne font pas partie des collections permanentes et côtoient des objets en provenance du monde entier : peintures, sculptures de tous matériaux du bronze au jade, textiles, objets divers de représentation, de décoration ou de dévotion, côtoient un nombre impressionnant de manuscrit chinois. Un extraordinaire panel dans une scénographie claire et aérée. L’exposition est divisée en 6 grandes thématiques transversales : cosmogonies (mythes de création) et cosmologie (l’astrologie jouant un rôle prépondérant dans l’appréhension du monde pour les chinois), Lao Zi (étymologiquement parlant le sage, l’auteur supposé du texte fondateur du taoïsme), Ziwangmu (les immortels), l’assemblée des dieux (petite immersion dans un panthéon), la quête de longue vie (philosophie d’un être ascendant et transcendant ou au coeur du taoïsme), pour finir avec les rites et liturgies, le taoïsme ayant lui aussi ses prêtres et ses rites.

Mon coup de coeur va en particulier aux peintures chinoises exposées, de toute beauté!

Certes l’exposition est trop courte pour sortir en ayant compris ce qu’est ce Taoïsme. C’est évident. Et là n’est pas son but. Cependant elle s’adresse véritablement à tous. Curieux du Taoïsme, en quête de spiritualité ou pas, simple amoureux de l’art de l’extrême orient, ou avec la simple envie d’élargir vos horizons ou pour le plaisir des yeux, chacun trouvera son compte dans cette exposition.

Elle vous permettra d’appréhender un autre mode de pensée, de vie et de philosophie, comme elle le dit si bien « Un autre chemin de l’Etre ». Cette philosophie et ce mode de vie vous invitent et vous initient à une harmonie spirituelle qui va au-delà des choses et du paraître. Tout un programme certes! Mais on ignore à quel point le taoïsme imprègne la Chine plus encore que le Confucianisme et le Bouddhisme ; cette philosophie est surtout bien plus ancienne, puisqu’elle est apparue progressivement en tant que système de pensée bien avant la première compilation  des canons taoïstes vers le deuxième siècle avant notre ère.

Alors vous voulez en savoir plus? Vous avez jusqu’au 05 juillet prochain!!! Et dites m’en des nouvelles 😉 Je suis curieuse des retours!

La Voie du Tao, Un autre chemin de l’Etre du 31.03.10 – 5.07.10

Le Grand Palais-Galeries Nationales

3 avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
Entrée : Clemenceau

Tous les jours de 10 h 00 à 20 h 00, nocturne le mercredi jusqu’à 22 h 00


Souvenirs babyloniens


C’est fou la life comme parfois on peut se souvenir d’un truc comme ça qui remonte à vachement loin!!! (bon avec mon aptityude à essayer de tout noter et à garder, même soi je ne suis donc pas foutue de tenir un journal intime digne de ce nom, avec une entrée plus d’un efois tous les trois mois) et avec tous les moyens mémotechniques que j’ai à ma disposition (oui j’en suis férue et c’est totalement inconscient (dites moi que vous faites pareil!)

Bref je me rappelle d’il y a deux ans jour pour jour! Simple en fait! C’était le mercredi 23 avril (et vous noterez donc que nous sommes un mercredi) Facile parce que le 23, c’était le jour anniversaire avec mon « ex-chéri » (bon en fait le mot chéri est très mal choisi, disons, ex-pseudo -copain (oui ça ça lui va mieux quand même!) Bref, le 23 (pas le 23 avril) c’était donc notre jour anni, exactement… Nan en fait je préfère pas compter parce que ca va me donner la migraine ^^ (oui trop de chiffres, de zéros et de tout ce que vous voulez…) Bref ce 23 je lui ai pas fêté et pour cause, j’étais ma période Questionnement Existentiels sans fin et très perturbants!!!! D’ailleurs pour tout vous dire il n’y eut jamais de 23 mai et pour cause, qu’on était juste plus ensemble! Donc après un nombre incalculable de 23 je me souviens de cette date! Itou que c’était un mercredi, parce que c’était jour de nocturne au louvre pour la grande expo babylone! Que cette expo j’en rêvais de la voir depuis que j’avais croisé l’affiche un matin de juillet (que entre pour la petite histoire mon dernier roman tombé en jachère depuis ce jour (ah bah zut en plus c’est vrai) (je peux donc officiellement annoncer que j’ai arrêté l’écriture un mercredi 23 avril 2008 et que ca fait 2 ans, et que là je vais déprimer comme une pauvre greluche devant mon tit ordi) (mais je suis forte je vous raconterais mon histoire jusqu’au bout!!!) se passait à babylone, sous notre amigo Nabuchodonosor 2 pour être exact) Donc l’expo je n’arrêtais pas de dire que j’allais la faire à corps et à cri (bon un peu moins fort quand même, mais dans la jachère de ma vie personnelle c’était un des rares sujets de conversation qui valent le coup). Que cette andouille à qui j’avais proposé la sortie l’a à chaque fois décliné par des sons assez inaudibles (on pourra pas me reprocher de pas avoir tenté de sauver mon couple (oui à coup d’expo et j’assume (et je vous parle du voyage de rupture à venise) (bah c’est pas parce qu’on rompt qu’on n’a pas le droit à des vacances!)

Bref, je me retrouve à faire cette expo en nocturne! (oui c’est pas mon genre les nocturnes en musée, j’aime point être piétinée) Mais comme tout hasard arrive dans ces moments là, au moment mon très cher futur-ex-que-ça-lui-pend-au-nez me boude au plus haut point, j’ai l’opportunité de faire cette expo avec un ancien copain de fac retrouvé sur « facebook » (bon même que c’est pas tout à fait vrai mais c’est plus simple comme ça) (notez la nuance j’ai pas dit un copain…) Donc ce monsieur étant très occupé et ayant un emploi du temps surchargé, l’expo on la fait donc le mercredi soir, en nocturne. Pile poile au moment où il y a le plus moment.

D’abord je sais pas si ca vous ai déjà arrivé de revoir quelqu’un que vous n’aviez pas vu depuis …. ouhlalalala attendez deux secondes faut que je compte sur mes petits doigts…. 8 ou 9 ans quoi… Bref l’époque où vous aviez encore plein de rêves et d’idéaux, itou, et que si vous recroisez quelqu’un vous aimeriez un peu vous la pêter du genre : éhéhéééé j’ai fait ça, je fais ça, j’ai des enfants, des blablablas, des trucs, des bidules, je suis wonderwoman, moi ^^ Au lieu d’un … Heu… passons… De toute façon ça tombe bien, on n’a pas parlé!!!! Bon c’est étrange quand même… Parce que 1/ faut reconnaître la personne! Et le monsieur s’étant fait poussé la barbe et n’étant plus le jeune garçon de la fac, ce ne fut pas évident! Bon bah coup de bol en fait c’est lui qui m’a reconnue! (ouffff) (cela dit là je me suis dit, je suis donc toujours aussi stupide, petite, grassouillette, et ridicule avec ma tignasse de cheveux qu’à la fac, ça ça craint (tant qu’à faire j’aurais préféré devenir une jolie femme fière de ce qu’elle est devenue) (mais ça c’est vraiment le mauvais côté de ce genre de « retrouvailles » qui n’en sont généralement pas, puisqu’une fois qu’on se revoit là on se dit oui bah on se souvient peut être pourquoi justement on était pas amis (bah oui couillon, c’est malin aussi) (le but est juste de nous remettre le nez dans nos échecs du passé qui font parfois plus de mal qu’autre chose)

Donc tout guillerets nous allons à notre expo! Moi qui espère la faire en plus avec un passionné je suis déçue-ité de n’avoir aucune commentaire sur l’expo, non, zéro de zéro (bah je m’y connais un peu, mais bon moi j’ai pas fait archéo j’ai fait histoire de l’art…. nanémo c’est pas pareil!) Et là on entre dans l’antre la gueule du loup.

D’abord je fais la fière avec ma ptite carte qui me permet de passer devant tout le monde (déjà pas évident la carte il faut sortir à la personne qui vous accompagne) :

« heuuu, on s’est pas parlé depuis 8 ans, mais heuu, on fait pas la queue nous, pis on paie non plus, non mais c’est pas grave je t’expliquerais peut être un jour… « (et que là on continue à se dire que de personne insignifiante on se transforme en petite merde) (mais pas grave y’a l’expo derrière, celle que je rêve de voir depuis des mois alors c’est tchoupi!!! :))

Et là on nous arrête derrière une grande queue!

_ « Mais heu non!!! Je fais la queue » (vous savez pas lire ou quoi ? J’ai une carte)

_ « Oui madame, vous êtes dans la queue des personnes prioritaires celles qui font pas la queue (ahh ahh ahhhhhhhh!!!) »

_ Oh oooh ooooohhhh! Alors vous voyez pas je vous l’accorde, mais vous imaginez mes yeux qui s’agrandissent!!!!

Bon la queue est tout de même assez longue pour qu’on puisse se faire le résumé de nos vies (alors soit la queue était encore plus longue que prévue, soit on a vraiment eu une vie courte, soit on a tellement résumé qu’on a rien dit… On n’a dû rien dire en fait!)

Oufff! On nous fait passer! Genre on y croyait plus on avait décidé d’aller boire un verre et de faire l’expo un autre jour (que ça aurait été couillon que avec son emploi du temps surchargé c’te pauvre garçon il l’aurait jamais vu l’expo) (et puis c’est pas avec ma conversation passionnante qu’il aurait pas eu l’impression d’avoir gâché sa soirée^^)

Donc on rentre… et horreur! C’est noir de monde! Mémento : ne faites jamais une expo en nocturne au louvre le mercredi soir (ni le samedi après midi cela dit en passant, et surtout pas le premier dimanche du mois)

Que quand on se hisse de toute sa hauteur de son 1m54, on voit au mieux, la calvitie naissante des hommes (pas du garçon qui m’accompagne hein, me faites pas dire ce que j’ai pas dit, des autres hein!) Alors je saute, je saute, je saute et je vois rien!!!! Je me fais piétiner les pieds, donner des coups de coude un peu partout surtout où il faut pas! Pour une fois je me suis pas faite tripoter (ah bah oui les expos bondées c’est comme le métro, le lieu idéal oui!) Et c’est là qu’il faut bien l’avouer qu’être avec un garçon (très) grand, ça tombe bien! Parce que du coup, les gens s’en foutent que vous soyez copains, moins ou plus, ils vous laissent déjà vachement plus tranquilles! Et puis quand même à chaque fois il me faisait passer devant lui (après que j’ai bien fait rire jusqu’aux oreilles à bondir dans tous les sens pour entre-apercevoir ces objets) pour que je puisse voir les vitrines toute tranquillement (bah oui il était un chouilla plus « large » que moi!) et ça c’était top!

Donc vous avez compris : l’accessoire idéal de vos expos les miss, c’est LE garçon (quelqu’il soit, un seul impératif choisissez le grand, et plutôt courtois et galant, sinon vous allez vous retrouvez chacun à un bout de l’espace d’expo et ça ça vous sera ps d’une grande aide!)

Et l’expo? Bah oui je l’ai adorée tellement que je voulais le catalogue, que j’ai pas pu acheter dans ce moment de grand chambardement qu’a été ma vie et que maintenant je le cherche sur ebay (ou ailleurs) ! J’adore Babylone, et cette civilisation! Alors j’étais enchantée! A tel point que l’expo je l’ai faite plusieurs fois (si siiii) (et que j’ai été bien decue de ne pas avoir le temps de la faire lorsque je suis allée à londres l’année suivante)! Des objets devant lesquels je suis restée bouche bée à juste murmurer « que c’est beau) comme ce magnifique panneau en briques glaçurées provenant de la porte d’Ishtar et conservée au Pergamon Museum de Berlin, ce magnifique sceptre en albatre du British Museum (d’ailleurs si vous y aller ne manquez surtout pas leurs magnifiques bas reliefs assyriens) … Sans oublier le magnifique tableau venant de vienne représentant la tour de babel ainsi que toutes ces enluminures chrétiennes et ces tamul juifs. Une belle expo divisée en trois partie : l’histoire ( ma préférée), les représentations du mythe (adorée mais moins) et la dernière les représentations au travers des tableaux, films et autres oeuvres modernes.

Et vala la soirée est fini mon petit (bah oui le problème des expo en nocturne c’est qu’il faut ls faire au pas de course les expo puisque le musée, lui il vous attend pas pour fermer ses portes (ah si à la sortie vous avez droit à une des plus belles vues de paris la nuit…)

PS : je devrais faire une rubrique notes qui servent à rien! Vous êtes bien gentils de les lire quand même ;-)))

Pss : bon et je suis déprimée ce soir mais je vous dirais pas pourquoi :p ça m’empêche pas de vous bisouter (ah non c’est vrai je suis malade…)


Une exposition : « Pierre Soulages » au Centre Pompidou


Bon comme d’hab’ j’ai honte! J’ai vu cette exposition il y a 10 jours, mais ceci expliquant cela expliquant ceci, nonobstant le fait que…. Ce petit billet n’arrive sur mon blog qu’aujourd’hui! Il faut dire qu’hier j’ai eu la révélation de l’année! Eh oui, j’ai réalisé que nous étions en mars! Oui, oui, rien que ça! Et là j’ai tilté que cette exposition finissant le 08 mars il fallait uno- que je me dépêche de vous en parler, segundo- qu’il fallait que je m’y dépêche d’y retourner, et tertio- qu’il fallait que je cours pour faire (et refaire) les autres expos finissant également le 08 mars…

Bref, si nous parlions un peu du sujet de ce billet? (oui c’est vrai parce que quand même!)

Soulages, quand j’ai vu l’affiche de l’exposition, je n’étais pas séduite. En très mauvaise élève je n’avais pas fait le rapprochement entre ses oeuvres et l’affiche (petite excuse : je ne connaissais pas sa tête avant) Et je dois vraiment vous avouer que moi et l’art contemporain, ce n’est pas d’emblée le grand amour! J’ai une mauvaise tendance à passer que l’art finit avec Matisse (qu’au demeurant j’adore!) . Je regarde l’art contemporain, je peux le comprendre, l’analyser, mais il n’en demeure pas moins que mon truc est plus l’archéologie et que je ne ressens souvent pas assez d’émotion en contact avec les oeuvres contemporaines (pas avec toutes je vous rassure, il y en a certaines que j’adore :)) Je n’avais donc pas l’intention de voir cette expo. Puis j’ai lu une, puis deux, puis trois critiques sur le net au sujet de cette expo. Et quelqu’un m’a donné envie d’y aller. Alors, j’y suis tout bêtement allée!  Et… Et là déjà ça a fait tilte dans ma petite tête de piaf!!! Mais oui! Soulages! Je connais!!!!

Ses oeuvres de « jeunesse » , sur papier, évoquent la calligraphie. Autant celles là je les connaissais bien, autant les suivantes m’étaient plus méconnues. Et la scénographie n’est pas pour rien dans mon engouement.

D’abord que je vous resitue un peu. Avec Soulages nous sommes en plein dans l’abstraction. aucun référent, si ce ne sont des référents personnels. On dit que l’art contemporain abstrait renvoie directement aux affects et à la théories de affects en psychologie. Ce que j’estime très vrai. Pour qu’une oeuvre fasse vibrer la corde sensible et déclenche l’émotion chez nous sans le support de la représentation, et donc de tout un imaginaire lié à cette représentation, il faut qu’elle entre directement en résonance avec ce quelque chose déjà présent au fond de nous. Bref, c’est normal de ne pas tout aimer en art contemporain, et c’est tout aussi normal de ne pas tout comprendre!

Né en 1919, il commence à peindre dans les années 40. Sa peinture est connue, reconnue et Beaubourg a commencé à exposer ses oeuvres en 1979.

Je vois ses premières oeuvres comme une gestation de son travail à venir. Quelque chose semble en suspens et comme inachevé dans ce travail.

La seconde partie de son travail présente des travaux de grand format ou le travail sur la matière commence et où le noir se mêle à des tons bleus ou bruns. Les magnifiques peintures présentes dans l’exposition ne sont bien sûr pas reproductibles, et il faudra aller les voir sur place, mais voici celle là pour vous faire une idée :

Couleurs et noirs se superposent créant dans un espace en deux dimension ,une tridimentionnalité! Le noir semble prendre vie, vibrer et faire ressortir la couleur de la toile et vice versa. Superposition de couleurs et de formes, le noir étant appliqué en bandes, en grands aplats avec des espaces de réserve. Quelque chose de très brut, très primaire, qui anime pourtant les toiles dans cette sobriété.

Ce qu’il y a d’absolument extraordinaire dans les toiles de Soulages c’est sa manière de traiter le noir. Autant vous dire que quand j’ai entendu parler de ses monochromes j’ai pensé Malévitch et Suprématisme et là j’ai eu peur! Que nenni. Ici, l’idée même est différente. Soulages parle d’Outrenoir. Chaque noir est différent. Mat, brillant, sobre, lumineux, il vit, vibre, semble parfois sortir de la toile et se détacher. Il sait faire vivre cette non couleur comme personne d’autre. Et jamais je n’aurais vu de peinture plus lumineuse! La dernière phase de son exposition montre ses monochromes noirs qu’il a lui même appelé « Outrenoir ». Mais là, la scénographie sert au mieux ses oeuvres. Un grand espace blanc où se balancent ses grands monochromes noirs. Pour la plupart on peut s’en approcher, les contourner, les voir se mirer et changer dans les reflets et jeux de lumière. Car les toiles changent en fonction de l’angle sur lequel vous regardez ces toiles. La lumière fait vivre et se reflètent dans ces toiles par jeux de reflets. Et les effets de matières apparaissent et décuplent ces effets. Stries, sortes de lacérations, jeux d’empreinte qui évoquent les sceaux des assyriens (et oui j’en reviens toujours à l’archéologie) , l’espace est vaste et on peut observer à loisir ces toiles. Et partout, ponctuant la visite, des phrases de Soulages qui qualifient ses toiles et son art nous guident et rythme notre circuit. Car jamais je n’ai lu un artiste qui qualifiait si justement et si simplement sa peinture. J’ai été saisie de sa clairvoyance. Et puisque c’est lui qui le dit le mieux :

« ce n’était plus
le noir qui faisait vivre la toile mais le reflet de la lumière sur les surfaces noires. Sur les zones striées
la lumière vibrait, et sur les zones plates tout était calme. Un nouvel espace : celui de la peinture n’est
plus sur le mur, comme dans la tradition picturale byzantine, il n’est pas non plus derrière le mur,
comme dans les tableaux perspectifs, il est désormais devant la toile, physiquement. La lumière vient
du tableau vers moi, je suis dans le tableau. En outre, la lumière vient de la couleur qui est la plus grande
absence de lumière. »

« C’est la lumière réfléchie par la couleur noire. J’ai inventé un mot pour expliquer
ce phénomène : c’est l’« outrenoir » »

« C’est un autre champ mental que celui du noir »

ENTRETIEN AVEC PIERRE SOULAGES, HANS-ULRICH OBRIST

Et pour finir … « La réalité d’une œuvre, c’est le triple rapport qui s’établit entre la chose qu’elle est, le peintre qui l’a produite et celui qui la regarde »
Car  « Ce qui importe au premier chef, c’est la réalité de la toile peinte : la couleur, la forme, la matière, d’où naissent la lumière et l’espace, et le rêve qu’elle porte ». On ne saurait mieux dire…

Alors… Vous n’avez pas encore compris? C’est à voir!!!! Foncez y vous n’avez que jusqu’au 08 mars!

Exposition Soulages

Centre Georges Pompidou

Jusqu’au 8 mars 2010

Métro Rambuteau

Tous les jours de 11 h à 21 h, nocturne jeudi jusqu’à 23h
Entrée 12 € (TR 9 €)


Les Buddhas du Shandong


voilà déjà quelques semaines que j’ai faite cette exposition, et j’ai oublié de vous en parler!!!! (eh oui! )

Alors avant, il faut que je vous avoue que j’ai une affection particulière pour ce petit musée municipal. Pour les néophytes  je vous fais le Ba-ba : il s’agit du musée municipal (donc de la ville de Paris) d’arts asiatiques (à ne pas confondre avec lG musée national des arts asiatiques dixit le Musée Guimet, que j’adore aussi d’ailleurs!). Je ne manque jamais une de leurs expositions même si je dois très honteusement avouer que je n’ai jamais fait leur collections permanentes (et pourtant elles sont gratuites!)

Bref, j’adore aller flâner le week end dans ce petit musée après ou avant une petite balade dans le Parc Monceau (il sosnt mitoyens,ça tombe bien!) et j’attends toujours impatiemment leur nouvelle exposition. Et là ça tombait bien, parce que (bon je vous passe les détails) mais j’avais vraiment besoin de me zénifier! Et les buddhas, pour ça, j’aime bien! Et puis quand vous avez atteint la sérénité, plus besoin de crème antiride! (ouais, enfin bon, c’est pas encore demain la veille!)

Bref, sérieusement, ce sont les pièces récemment trouvées (en 1996) dans la province du shandong, à Qingzhou (et tout ça c’est en Chine! Oui, oui!) Et franchement c’est beau!!!! (oui il est hautement culturel cet article!)

2480-2539

Mais vous avez le temps, elle dure jusqu’en janvier 😉